Mes séries TV #TAG

Aujourd’hui je vais te parler de séries TV et d’émotions.

Tout ça grâce à Fannyfans et à Ma bouille et moi dans un tag où je dois associer 7 séries à 7 émotions et taguer 7 personnes à mon tour. C’est parti!

 

The Walking DeadL’angoisse et la peur. A chaque épisode tu te demandes qui va se faire bouffer par un zombie et comme tu es très attachée aux personnages et bien tu stresses pour eux. J’ai d’ailleurs consacré un article à cette série et si tu ne l’a pas lu ou que tu souhaites le relire c’est ici.

24 h chrono : L’adrénaline. Peu importe les saisons tu sais que Jack Bauer n’a que 24 petites heures pour déjouer des plans machiavéliques de vilains terroristes. De l’action, des retournements de situations et tu enchaînes les épisodes pour connaître le dénouement de l’histoire.

 

Grey’s Anatomy : L’amour. Parce qu’ à Seattle Grace, les histoires d’amour et d’amitié se mélangent dans un cadre hospitalier (mais bon rien à voir avec « La clinique de la forêt-noire »). Chaque fin de saison te laisse sur ta faim fin et tu n’as qu’une obsession voir la saison suivante.

 

 

 

Desperate Housewives : La surprise. Parce que ces femmes au foyer sont pleines de ressources, qu’elles sont stupéfiantes, drôles et qu’elles enchaînent les coups de théâtre. Elles n’ont pas grand chose à voir avec l’idée qu’on se fait d’une femme parfaite, elles essaient juste de conjuguer leurs vies de femmes et de mères en faisant face aux aléas de la vie.

 

 

How I Met Your Mother : Le rire. Des potes de fac qui vivent à N.Y., qui sont fans de blagues potaches et qui enchaînent les aventures farfelues avec une intrigue qui est le fil conducteur : Qui est la mère des enfants de Ted Mosby?

 

Once Upon A Time : La rêverie. C’est mon côté fleure-bleue de petite fille qui s’affole quand je regarde les histoires de princesses et de sorcières mêlées au présent et dans une petite ville américaine.

 

American Dad : Le dessin animé déjanté et satirique qui mêle un patriotisme décalé et des personnages loufoques et totalement anti-conformistes.

 

Voilà certaines de mes séries coup de coeur, car étant fan de série en général j’ai une liste longue comme mon bras + celui de mon homme et de mes enfants.

A mon tour maintenant de taguer 7 personnes :

Les cousettes de Tessie 

Une souris bleue

Six in The City

L’Avis et la vie de Julie

Rock’n Lolita

Maman Dis moi

La tribu de Maëline

 

 

Publicités

The Walking Dead, pourquoi j’ai chialé sur une série de zombies.

dead

Je kiffe les séries télévisées et mes goûts sont assez variés. De « Desperate Houswives » en passant par « Fringe » ou « Once Upon a Time » et en atterrissant il y’a peu, sur « The Walking Dead ». A vrai dire par hasard un vendredi soir sur une chaine de la TNT.

Je n’aime pas les zombies, je n’aime pas trop les trucs sanguinolents mais là je suis resté scotchée et je me suis maté les épisodes et les saisons à une vitesse effrénée.

Si tu ne connais pas la série, elle débute comme ça :

… Un sheriff, Rick Grims, est blessé par balle au cours d’une intervention qui tourne mal. Il tombe dans le coma et se réveille plusieurs mois après dans son lit d’hôpital seul, sans aucune activité humaine visible. Il se rend compte que le temps s’est arrêté et que la population est décimée.

Et sa première rencontre avec un mordeur sans jambe, lui fait vite comprendre que quelque chose d’étrange et d’affreux est arrivé (tu m’étonnes un zombie qui essaye de te bouffer c’est sûr que ce n’est pas super commun).

Il chope un vélo et regagne sa maison pour retrouver sa famille. Mais tu penses bien qu’ils ne sont pas là et comme il est quand même super faible et à moitié à poil (en chemise d’hôpital) il finit par tomber dans les pommes.

A son réveil il se rend compte qu’il a été recueilli par un homme et son fils. Ils lui expliquent que suite à une épidémie, les gens se sont faits soit bectés soit qu’ils sont devenus zombies à leur tour. Il comprend que dehors c’est super chaud pour ses petites fesses bien tendres et bien juteuses, et que maintenant il n’est qu’un steak bien saignant sur pattes pour des centaines de morts-vivants affamés.

Mais bon le shérif, il n’est pas du genre à se laisser abattre, je dirais même à se laisser croquer. Du coup il va finir par partir sans ses deux nouveaux potes (non sans avoir appris à dégommer les « rôdeurs ») pour retrouver sa femme et son fils.

Il décide d’aller chercher des flingues, de remettre son uniforme et de partir à Atlanta tranquille à cheval. Mais dans le petit bled d’où il vient les zombies étaient déjà des centaines alors imagine dans une grande ville américaine (et bah Rick, t’es pas dans la merde).

Il va finir par trouver un groupe de rescapés et il va devoir apprendre à rester en vie…

Tu te demandes pourquoi j’ai chialé? Hormis le fait que je sois gavé d’hormones. Je te comprends. Car effectivement tu ne vas pas pleurer pour des bouffeurs de cerveaux, mais saches que tu vas t’attacher aux personnages au fils des épisodes et tu penses bien qu’ils ne vont pas tous rester en vie.

Tu t’imagines à leur place et tu te poses des questions quant à la façon dont toi tu pourrais vivre les évènements douloureux qu’ils subissent.

Et puis tu te rends compte que si du jour au lendemain tu te retrouvais dans un monde hostile et dévasté où la loi du plus fort est de mise, tu te battrais surtout pour rester humain car pour survivre tu devrais modifier ta conception de l’humanité.

Je ne te dis qu’une seule chose REGARDE… et puis comme ça ta vie te paraîtra vachement plus simple à digérer.

Stats du Site

  • 9,514 visites
%d blogueurs aiment cette page :