Avant j’avais un papa…

 

PERE-ET-FILLE

 

Aujourd’hui, c’est la fête des pères, et le père à qui j’ai souhaité bonne fête ce n’est pas mon papa à moi, car il m’ignore depuis déjà 12 ans.

Pourtant quand j’étais petite nous étions comme culs et chemises, j’étais toujours collée à ses bask’ avec un soupçon d’amour d’œdipen. J’étais même assez dure avec ma mère car je ne le voulais que pour moi.

Ça n’a certainement pas aidé leur relation de couple mais je ne suis pas non plus responsable de leur séparation qui a eu lieu l’année de mon entrée au collège.

Bon il est vrai que sans rentrer dans les détails, j’ai découvert l’été de mes 12 ans qu’il avait une maîtresse. Je lui ai dit que je l’avais cramé, que je savais qu’elle avait deux enfants mais que je ne dirais rien à ma mère car ce n’étais pas mon rôle.

Quelle maturité et quel aplomb j’ai eu quand j’y repense.

Il s’est passé des mois avant que mon père prenne son courage à une main et qu’il propose un break à ma maman. Du genre, je sais plus où j’en suis, il faut que je prenne un peu de recul mais je n’ai personne d’autre dans ma vie !

Bien sûr, personne, même pas ta p’tite maîtresse depuis des années ?

Quel courage hein !

Moi j’étais dans la confidence et ma mère avait l’espoir qu’il revienne.

Je passe les détails sordides d’un Noël passé avec mon père, sa maîtresse et ses deux enfants, le tout dans le dos de ma mère.

Bon il a fini par capituler et par avouer sa relation adultère à ma maman, par courrier, alors que j’étais en vacances avec elle. Oui les portables n’existaient pas sinon il lui aurait certaine envoyé un SMS de rupture. La classe quoi!

Je suis malgré tout rester vivre avec lui car c’était plus simple pour l’école, les copains, la maison et mon équilibre tu parles d’un équilibre.

C’est lui qui a quitté ma mère mais c’est elle qui à du plier bagages.

L’année d’après, ma belle-mère et ses enfants sont venus vivre avec nous, au début ça allait et puis les relations se sont dégradées. Ma vie était devenue infernale, je crois que ma belle-mère essayait tout simplement de se recréer « son » cocon familial. Soit j’étais avec elle et contre ma mère, soit j’étais « à dégager ».

Je suis partie à l’aube de mes 18 ans, vivre chez ma maman.

Elle avait refait sa vie avec un homme génial, Didou, qui a su être là quand j’en avais besoin, il s’est occupé de moi comme un père et il est aujourd’hui le papy de mes fils. Sur l’acte de naissance son prénom est accolé à celui de Chouchou, un hommage à un père non géniteur mais de cœur.

Depuis la vie a fait que ma maman et lui se sont éloignés l’un de l’autre, mais il reste présent et toujours à mes côtés.

J’ai tenté plusieurs fois de reprendre contact avec mon père mais sa femme à toujours été une barrière. C’est elle que j’avais au téléphone et non lui. C’est pourtant sa voix à lui que je voulais entendre.

Je voulais comprendre pourquoi il m’avait laissé tomber, pourquoi il n’était plus le cul et moi la chemise, pourquoi il ne souhaitait pas rencontrer son petit-fils.

Pour la naissance de MiniChou je me suis tâté et pas qu’une fois, devais-je encore une fois lui tendre la main au risque de me reprendre une gifle ?

J’ai décidé que non, qu’il ne me méritait plus, que l’homme de ma vie n’étais plus ce « super-héro-papa-motard-qui aime la bière-la Formule 1-et qui sent si bon la protection ».

Je fais très souvent des cauchemars où il m’abandonne encore et encore.

Allez on ne va pas pleurer dans les chaumières, par ce que tout cela m’a rendu plus forte, m’a fait réaliser à quel point L’Amour d’un enfant envers ses parents est grand.

Je garde l’infime espoir qu’un jour il daigne me revoir et surtout qu’il veuille connaître la chair de sa chair, mes deux bébés. Chouchou me pose souvent des questions à propos de ce papy absent, je lui explique comme je peux sans l’attrister pour autant.

La vie est belle et des choses bien plus tristes arrivent aux autres, alors à tous ceux et toutes celles qui n’ont pas/plus de papa, regardez droit devant vous et avancez.

Créez-vous votre propre famille et surtout restez proches de vos enfants.

Aujourd’hui c’est la fête des pères et mon père aujourd’hui c’est lui, c’est mon Didou.

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Stats du Site

  • 10 538 visites
%d blogueurs aiment cette page :